Les derniers articles

Quel statut pour faire de la location saisonnière ?

Quel statut pour faire de la location saisonnière ?

La location saisonnière, également connue sous le nom de tourisme meublé, est un secteur en pleine expansion qui offre aux clients davantage de choix quant à leur lieu de séjour. Contrairement aux locations traditionnelles, où les maisons louées généralement sur airbnb, sont permanentes et situées au même endroit toute l’année, ces logements temporaires peuvent être des manoirs historiques pour des mariages ou des événements, ou de petits appartements près d’attractions majeures comme des musées, selon vos besoins !

La gestion d’un bien en location saisonnière : de quoi parle-t-ton ?

La gestion des locations saisonnières consiste à gérer une propriété qui n’est disponible à la location que pendant une certaine période de l’année. Il peut s’agir d’une propriété qui n’est disponible à la location que pendant l’été, ou pendant une fête spécifique comme Noël. Les gestionnaires immobiliers qui se spécialisent dans les locations saisonnières doivent être en mesure de commercialiser leurs propriétés de manière efficace afin de s’assurer que les locataires sont satisfaits.

La location saisonnière est un excellent moyen de générer des revenus supplémentaires. Elle demande également plus de temps que les locations traditionnelles, mais avec l’aide d’un agent, elle peut être gérable !

Les statuts juridiques liés à la gestion locative saisonnière en France

La gestion des locations saisonnières est un secteur en pleine expansion en France. Il existe de nombreux statuts juridiques liés à la gestion des locations saisonnières en France, que les gestionnaires immobiliers doivent connaître. L’un des plus importants est la loi du 6 juillet 1989, qui régit les règles et réglementations relatives au tourisme meublé.

En général, la location saisonnière est considérée comme une micro-entreprise soumise à la législation sur les bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Toutefois, vous pouvez classer vos revenus dans la catégorie des revenus réels. Les loyers ne sont pas considérés ici comme des revenus fonciers.

La location meublée saisonnière peut être pratiquée en tant que loueur en meublé professionnel (LMP) ou en tant que loueur en meublé non professionnel (LMNP).

Lorsque le chiffre d’affaires de la micro-entreprise est inférieur au plafond (72 600 € en 2021 et 2020), le propriétaire est soumis aux règles de la micro-entreprise. Il est seulement tenu de tenir un livre enregistrant les recettes et les dépenses. Les charges sont soustraites du revenu brut de manière forfaitaire.

Les déficits sont actualisés sur les bénéfices de même nature de l’année N et des dix années suivantes. Le meublé de tourisme d’un particulier est pris en compte pour l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Entrée et sortie des locataires

La responsabilité du bailleur commence lorsqu’il reçoit le paiement intégral de son bien locatif. Il s’occupe alors de tous les aspects nécessaires pour s’assurer qu’il est prêt à être loué, notamment en assurant la sécurité des locataires potentiels et en nettoyant les dommages causés par les locataires précédents avant votre arrivée !

Les différentes obligations du propriétaire

Les meublés de tourisme sont populaires car ils offrent une atmosphère conviviale aux locataires. Cependant, ce type de location exige des propriétaires qu’ils suivent des règles spécifiques qui peuvent être lourdes si elles ne sont pas faites correctement ou pas du tout par des propriétaires qui ne savent pas ce qu’il faut faire en matière d’entretien de leurs biens au préalable !

Pour contourner ces problèmes de gestion immobilière, beaucoup de gens se tournent vers l’ameublement, c’est-à-dire qu’au lieu de louer des draps, des serviettes, etc., les chambres sont équipées d’appareils de cuisine complets (y compris le réfrigérateur), de sanitaires, etc

Les différentes obligations du locataire

Les locataires sont responsables prendre soin de la propriété et la garder propre. Ils doivent également signaler au propriétaire tout problème lié à la propriété afin qu’il soit réparé en temps utile. En outre, les locataires doivent respecter les règles fixées par le propriétaire, comme l’interdiction de fumer ou d’avoir des animaux domestiques dans le logement.

À retenir

En réalité, le LMNP est le choix le plus populaire car il ne nécessite aucune action. En revanche, louer en tant que professionnel pour pouvoir déduire les pertes peut être plus intéressant d’un point de vue financier.

Si la location produit moins de 23 000 € par an, le propriétaire n’est pas tenu de prendre des mesures particulières. Lorsqu’il remplit sa déclaration de revenus, il doit déclarer ses revenus. Il est alors soumis aux prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine. Ces prélèvements sont effectués en même temps que la déduction de l’impôt sur le revenu.

Comment louer une location saisonnière ?